L’insertion professionnelle des jeunes diplômés dans le secteur informatique

Le secteur informatique
Un jeune diplômé à la recherche d’emploi dans le secteur informatique se retrouve souvent face à une insertion professionnelle difficile. D’un côté, l’embauche est assez conséquente, mais de l’autre, la concurrence est également rude. En effet, il y a plusieurs facteurs qui font que les postes de l’informatique sont plus ou moins accessibles.

Insertion dans la vie active plus facile grâce à des programmes de préparation à l’embauche

Le marché du travail est un rouage d’offres et de demandes d’emploi qui permet à environ 800 000 jeunes diplômés de se retrouver dans la vie active. Leur problème est cependant leur manque d’expérience. Ils n’ont ni les acquis ni la capacité de s’organiser pour travailler sur le premier poste. Les recruteurs prennent conscience de cette problématique sans pour autant y trouver une solution. Les jeunes diplômés n’ont pas les compétences et les réflexes pour affronter le monde professionnel. Cela est un facteur de blocage pour trouver un emploi. Et dans le secteur informatique, le mode de travail, les outils et l’organisation des entreprises changent constamment. À part cela, environ 2 nouveaux diplômés de 15 à 24 ans sur 8 n’ont pas de qualification selon l’OIT (Organisation Internationale du Travail). Heureusement que des organisations mènent des programmes qui permettent à ces jeunes d’intégrer le secteur du travail dans le domaine de l’informatique. C’est notamment le cas du programme village de l’emploi, dont les attributs et les objectifs sont exposés en détail sur www.europe1.fr. Un accompagnement est fourni en plus d’une formation aux pratiques dans les entreprises de l’informatique. Ce type de programme d’aide à l’insertion des jeunes diplômés dans le secteur informatique propose une initiation au monde du travail sur une durée déterminée durant laquelle ils vont apprendre à être professionnels et compétents. Ainsi, ils pourront répondre aux exigences des recruteurs.

Secteur de l’informatique : recrutement avec une croissance annuelle non négligeable

Selon l’Apec (Association pour l’emploi des cadres), 2017 a été l’année où 28 000 emplois ont vu naître dans le secteur informatique, notamment dans le domaine des services numériques et des logiciels. En 2018, il y a eu une hausse de 4,1 %. En 2019, elle a été de 4,2 %. Dans toute cette ferveur dans les logiciels et les services numériques, les débutants sont les plus recherchés aux côtés des cadres qui sont bien entendu privilégiés. Depuis 2018, le secteur informatique a connu une forte hausse du recrutement des cadres et hauts diplômés. Et l’Apec confirme d’ailleurs que c’est le premier secteur qui a créé le plus d’emplois en France ces dernières années, notamment pour les jeunes diplômés et les cadres. En 2018, le domaine de l’informatique a permis de recruter 17 000 jeunes diplômés et cadres, un chiffre assez révélateur de la demande d’emploi dans l’informatique et les nouvelles technologies. De plus, les activités informatiques sont depuis quelques années dynamisées par la transition numérique qui est l’un des piliers de l’économie de l’Hexagone. Les recruteurs dans le domaine de l’informatique recherchent par conséquent de plus en plus de cadres spécialisés dans l’informatique, et même les télécoms. Les jeunes diplômés sont cependant un second choix, bien que la part de recrutement des cadres recule à petits pas. En effet, le secteur des IT se caractérise par des recruteurs qui créent des emplois, mais pas principalement à destination des jeunes sortants des universités. Comme toujours, l’expérience est le facteur de blocage, car certains métiers nécessitent un minimum de 1 à 5 ans d’expérience.

Le domaine de l’informatique voit de nouveaux métiers émergés

Le secteur de l’informatique est constitué de nombreux métiers, dont certains sont bien essentiels pour l’instant, et d’autres pour les années à venir. On peut y trouver de nombreux emplois comme la gestion de données. Des postes dans le big data et le Cloud sont actuellement en plein essor, bien que les chiffres soient encore faibles. Mais les demandes dans ces domaines sont encore très en dessous de ce que l’on pourrait penser vis-à-vis du fait que le secteur de l’informatique soit un domaine porteur pour l’économie. Selon l’Apec, l’informatique est un secteur qui voit de nouveaux postes émerger sur le long terme. En effet, durant les 5 dernières années, les offres d’emploi pour les ingénieurs cloud et virtualisation ont dépassé les 12 500 annonces, ce qui représente une moyenne de 2 500 offres annuelles. Le secteur informatique est un domaine porteur pour le long terme. Les emplois de l’avenir comporteront en grande partie des postes dans l’informatique. Aujourd’hui, la transition numérique induit une refonte générale vers une transformation digitale qui concernera la plupart des entreprises. Cependant, le nombre d’emplois créé est encore inconnu. Mais les statistiques permettent déjà de confirmer que des changements majeurs s’opèreront. Par exemple, l’informatique est un domaine qui attire actuellement environ 3% des jeunes sortants en cursus de physique chimie biologie et 10 % des diplômes des écoles de commerce.

Le secteur de l’informatique : la connaissance de l’anglais est déterminante

Qu’est-ce qui compte le plus pour les applications de l’industrie informatique ? Les employeurs interrogés accordent une grande importance à la note finale, qui est importante ou très importante pour 45% des cas. 40% des recruteurs dans le domaine de l’informatique souhaiteraient que les candidats à leurs offres d’emploi aient une maîtrise, 26% pour cent attachent une grande importance au respect de la période d’études standard. La réputation de l’université est importante ou très importante pour seulement 17% des entreprises informatiques qui recrutent. Pour ce qui est des qualifications supplémentaires, les compétences en anglais constituent le critère le plus pertinent. 85% des entreprises du secteur informatique le trouvent important ou très important pour les jeunes diplômés. Viennent ensuite les stages pour 68% d’entre eux. L’expérience de travail constitue une exigence pour 56% des entreprises dans l’informatique et l’expérience internationale, pour 22% d’entre eux. Les autres compétences en langues étrangères et le travail bénévole ne sont importants ou très importants que pour 18% des employeurs.

Les compétences informatiques très attendues des jeunes diplômés

Bien entendu, des compétences informatiques en particulier sont attendues des informaticiens. En règle générale, les conditions suivantes sont remplies. Question connaissance des réseaux, la sécurité compte avant tout pour 67% des entreprises, les programmes d’application Office pour 88% et les systèmes d’exploitation Windows pour 85%. En ce qui concerne la connaissance des bases de données, 76% des recruteurs s’attendent à ce que des serveurs MS SQL soient maitrisés, suivis de près par MySQL pour 75% d’entre eux. En ce qui concerne les langages de programmation, les employeurs se concentrent principalement sur C/C++ pour 84% des entreprises et Java/Java EE pour 62% d’entre eux. Mais toutes ces qualifications ne suffisent pas pour obtenir l’emploi de rêve. Les compétences générales sont également déterminantes. Les gestionnaires du personnel apprécient particulièrement l’initiative et l’engagement, la volonté de performer, l’aisance relationnelle, l’aptitude à travailler en équipe ainsi que la capacité exécution/résultats. Pour toutes ces compétences non techniques, plus de 90% des recruteurs les estiment comme importantes ou très importantes. Si toutes les conditions sont remplies, les candidats doivent encore faire leurs preuves face au concours : 75% des recruteurs consultent d’abord leur CV et décident ensuite lequel des nombreux candidats est particulièrement qualifié. En ce qui concerne les critères éliminatoires, les fautes d’orthographe viennent en premier : dans 60% des cas, elles entraînent le rejet immédiat d’une candidature.

Le salaire de départ des nouveaux recrutés dans le secteur informatique

La question la plus importante pour de nombreux jeunes diplômés : combien peuvent-ils gagner ? Pour les experts en informatique, le salaire annuel se situe entre 34 000 et 68 000 euros.